Taxe sur les spectacles

Nul ne sait quand vont reprendre les spectacles... peut-être jamais...je plaisante ! Enfin on peut espérer qu’avec le printemps, le thermomètre voyant son niveau remonté, le soleil reprenant ses droits, Mister Corona prendra enfin des vacances pour le bien de tout le monde et que l’on pourra enfin voir bourgeonner des concerts ici ou là et refleurir l’activité artistique. En tout cas on espère surtout que sa magnificence Jupiton 1er daignera ne plus nous imaginer avec une version du monde que même Orwel n’avait pas imaginé. Alors si avec un peu de chance le monde du con finement prend fin, les organisateurs de spectacle pourront profiter de la suspension de la taxe perçue par le Centre National de la Musique sur les spectacles dit de variété, promulgué dans la loi de finance 2021 (LOI n° 2020-1721 du 29 décembre 2020 de finances pour 2021).

Cette fameuse taxe (Décret n°86-302 du 4 mars 1986 n° 86-302 du 4 mars 1986 modifiant le décret n° 85-154 du 29 janvier 1985 relatif à la taxe parafiscale sur les spectacles) qui ponctionne 3,5 % sur les recettes de la billetterie d’un spectacle dit de variété, c’est à dire en fait sur tous les spectacles (concerts) de rock, de musique électronique etc.… (sauf ceux qui en sont exonérés comme les spectacles gratuits qui n'ont pas fait l'objet d'un contrat de cession ou de concession, les tours de chant (interprétation d'une suite de chansons par un même artiste) et concerts et spectacles de musique traditionnelle, les représentations intégrées à des séances éducatives présentées dans le cadre des enseignements d'un établissement placé sous la tutelle de l'État ou ayant passé avec celui-ci un contrat d'association et d’autre dans le domaine du théâtre), a été annulé pour la période de 17/03/2020 au 30/06/2021.

Cette une taxe dont la création remonte à 1945 et dont le champs d’application aux spectacles de variété a été étendus en 1986, pour véritablement voir une mise en application indépendante de tout autre organisme en 2002 par l’intermédiaire du Centre National de La Musique (anciennement dénommée « Centre National de la Chanson, des Variétés et du Jazz ») a été créé pour le soutient par l'attribution d'aides financières dans le secteur de la chanson, des variétés et du jazz. Concrètement c’est l’ensemble des organisateurs de spectacle, professionnels et amateurs, entreprises et associations, qui vont payer cette taxe pour que quelque uns puissent profiter de subventions octroyer suivant la « bonne » volonté des fonctionnaires de cette institution. Pour pouvoir espérer recevoir des aides du CNM, il faut être affilié et répondre à certains critères dont vous pouvez prendre notre sur leur site. Mais quand on connaît un peu ce genre de système on sait d’avance qu’il va falloir répondre non seulement à des critères d’adhésion politique et idéologique aux tenants du pouvoir de ce genre d’institution mais aussi de préférence avoir quelques appuis bien placés pour être adoubé et peut être recevoir quelques subventions. Donc autant vous dire que pour nous, Music Park, ce genre de taxe représente un racket sur l’ensemble du monde du spectacle pour la promotion d’une certaine idée du spectacle et pas une autre.

Alors peut-être vous vous demandez comment échapper à cette taxe au-delà du 21 juin 2021 ? À vraie dire c’est difficile d’y échapper. Ou alors vous organisez un spectacle dans les bois avec un mailing-list discret, comme ça vous vous initierez au processus d’une rave party, ou alors vous pouvez annoncez une conférence avec comme démo un concert par exemple. En effet les conférences ne sont pas considérées comme des spectacles, et on peut imaginer que vous fassiez un spectacle pour illustrer votre conférence. Pour ceux qui connaisse, cela nous rappellera en quelque sorte les conférences gesticulés de Frank Lepage, même si ici c’est pas tout à fait le même procédé.

 

 

Dernière modification

Dimanche 17 janvier 2021 - 20:14

Contenu Utilisateur Professionnel

Français

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Le code langue du commentaire.

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.